Temps de lecture : 7 minutes

Est-ce que je dois utiliser le format Raw ou le format jpeg sur mon appareil photo ?

Si vous utilisez un appareil reflex numérique, je suis presque certain que vous vous êtes déjà posé cette question, ou que vous l’avez lue quelque part, au détour d’un forum, d’un magazine, ou sur un blog.

Si vous venez d’acquérir un reflex, ou que vous y songez, peut-être que vous vous posez cette question aujourd’hui pour la première fois.

Si vous ne savez pas de quoi je parle ici, je vous conseille de poursuivre votre lecture.D’ici quelques paragraphes, vous comprendrez ce qu’est le format Raw, quelle est son utilité, ses particularités, et ses avantages sur le jpeg.

Car oui, pour faire court, je vous conseille d’utiliser le format Raw plutôt que le jpeg, et voici pourquoi :

Qu’est-ce que le format Raw?

Avant d’entrer dans le vif du sujet et de comparer le Raw au jpeg, je pense qu’il est bon de rappeler ce que sont ces formats.

Le format Raw (qui peut être traduit en “format brut” en français) n’est pas une image en réalité. C’est un ensemble de données enregistrées par le capteur de votre appareil photo, à partir desquelles ont pourra créer une photo en y appliquant certains traitements. On peut comparer le Raw au négatif.

Il faut appliquer un certain nombre de traitements à votre fichier Raw pour le transformer en image (luminosité, tonalité des couleurs, contraste, etc.). Une grande partie de ce processus est pris en charge par des logiciels de développement de fichiers Raw, ou de gestion de photos (lightroom, aperture, etc.).

Le format Raw n’est pas un standard, ce qui signifie que chaque constructeur a son propre type de fichier Raw, sa propre extension, etc. En gros, le Raw de Canon n’est pas celui de Nikon, ni celui de Sony, et un même logiciel ne pourra peut-être pas lire ces différents fichiers.

Qu’est-ce que le format jpeg?

Le format jpeg est beaucoup plus répandu que le Raw. Même quelqu’un qui n’est pas spécialiste de la photo en a déjà entendu parler. C’est sans doute le format le plus utilisé pour les images, et contrairement au Raw, il s’agit d’un standard bien défini.

Au niveau de la prise de vue, le format jpeg est retraité puis compressé par le processeur de votre appareil photo avant d’être enregistré sur votre carte mémoire. Par retraité, on entends en général un ensemble d’actions visant à améliorer le rendu de l’image : augmentation du contraste, de la saturation, de la netteté, traitement du bruit, application de certains filtres, et j’en passe.

Les avantages et inconvénients du Raw face au jpeg?

Comme souvent en photo, et dans beaucoup d’autres domaines d’ailleurs, tout n’est pas blanc ou noir. Chaque format à ses avantages et inconvénients.

Je vais essayer de vous exposer les différences les plus importantes entre ces deux formats, en essayant de rester le plus neutre possible, avant de vous guider vers un choix dans le paragraphe qui suivra.

Taille des fichiers : La taille des fichiers n’est pas du tout la même selon que vous enregistriez vos photos en jpeg ou en Raw. Même en réglant votre appareil photo à la même taille de photo (15 Mega pixels par exemple), le poids du fichier (en Mega Octets) sera différent. Ceci est du à la compression qui est faite par votre appareil photo lors de l’enregistrement d’une image jpeg. Le format Raw contient donc beaucoup plus d’informations. Pour les mélomanes, le jpeg est au format Raw ce que le mp3 est au format Wave.

Standardisation du format : Comme je vous le disais un peu plus haut, le Raw n’est pas un standard, contrairement au jpeg. Le fait de ne pas être standard peu avoir plusieurs inconvénients pour le format Raw :

  • Tous les logiciels ne sont pas compatibles et capables d’ouvrir différents formats Raw.
  • Un constructeur peut très bien décider de ne plus permettre à un éditeur de logiciel d’utiliser son format
  • Il n’est pas du tout certain qu’une image que vous ouvrez aujourd’hui avec un logiciel puisse être ouverte dans une dizaine d’années (logiciel qui disparait, constructeur qui arrête la production, etc.) ce qui peut poser un problème pour l’archivage et la sauvegarde de vos fichiers.

Certains éditeurs ont essayé de remédier à ce problème en proposant des formats Raw ouverts (comme Adobe avec ces fichiers DNG), mais ces formats semblent avoir du mal à s’imposer.

Rapidité de traitement en post-production : Selon que vous enregistriez vos images au format Raw ou jpeg, le temps de traitement en post-production ne sera pas le même du tout.

Quand vous transférez vos images jpeg sur votre ordinateur, elles sont déjà prêtes à être utilisées. Les couleurs sont vives, et le rendu est très correct.

La première fois que vous allez essayer le format Raw, vous allez surement être déçu du résultat au moment ou vous allez transférer vos photos sur votre ordinateur. En effet, le Raw est un format brut, les images paraitrons donc beaucoup plus ternes, moins dynamiques que d’habitude en jpeg. Ceci est normal, car le Raw doit être développé, c’est à dire qu’un certain nombre de traitements doivent être appliqués à votre image pour en améliorer le rendu (ce qui est fait automatiquement par l’appareil en jpeg). Vous devrez donc passer un minimum de temps sur chacune de vos photos si vous les enregistrez au format Raw.

Des logiciels existent pour accélérer ce traitement (Apple Aperture et Adobe Lightroom par exemple pour n’en citer que deux), ne vous en faites pas.

Droit à l’erreur : Par droit à l’erreur j’entends la possibilité de rattraper, au moment de la post-production, une photo qui a été mal prise au cours d’une séance. L’exemple classique est une mauvaise exposition, ou encore une balance des blancs ratée.

A ce niveau là, le format Raw est beaucoup plus performant que le jpeg. En effet, vu qu’en Raw il n’y a pas de compression, le logiciel que vous utilisez aura beaucoup plus d’informations à sa disposition pour rattraper le coup. Au niveau du jpeg, on pourra rattraper des petites fautes, mais très vite la qualité de la photo se dégradera si vous êtes trop lourd sur les curseurs de réglage.

Qualité de la photo : Pour compresser une photo en jpeg, c’est à dire pour qu’elle pèse moins lourd, il faut bien lui enlever des informations quelque part. Même si la compression jpeg est aujourd’hui très évoluée, et capable de très jolis résultats, il y a quand même une perte. Au niveau qualité, le Raw est donc supérieur au jpeg, point.

Effets artistiques : Tout comme le Raw vous permet de rattraper plus facilement vos erreurs, il vous permet aussi, et pour les mêmes raisons, d’appliquer des modification à vos photos dans le but de créer des effets artistiques. Si vous voulez créer un effet “High-Key” par exemple (en gros une photo surexposée à dominante de tons blancs), et que lors de la prise de vue la photo n’a pas été suffisamment surexposée, en Raw, vous pourrez y remédier. En jpeg, plus difficilement. Pareil pour les effets au niveau de la balance des blancs, pour donner des effets vintage par exemple.

Voilà pour les principales différences entre ces deux formats. Il y en a surement d’autres, mais je pense que les plus importants ont été traités. Place maintenant au choix :

Raw ou jpeg, lequel choisir?

Comme je vous l’ai dit dès l’introduction de cet article, mon choix s’oriente sans aucune hésitation en faveur du format Raw.

En reprenant les différences évoquées au paragraphe précédent, voici pourquoi :

Taille des fichiers : Le Raw est en effet plus gourmand que le jpeg, mais franchement, vu la diminution du prix du stockage ces dernières années, je ne pense plus que ce soit un argument. Supprimez les images que vous ne souhaitez pas garder plutôt que de diminuer la qualité de celles que vous voulez garder.

Standardisation du format : Le seul petit point qui peut être embêtant. Mais rien ne vous empêche de transformer vos images en jpeg une fois les retouches effectuées, pour garder une copie de sauvegarde au cas ou. Surtout qu’il est assez rare de retoucher des clichés qui ont été pris plusieurs années auparavant, non?

Rapidité de traitement en post-production : Avec un bon logiciel de gestion du flux de travail (Adobe Lightroom ou Apple Aperture), on arrive à réduire à presque néant cette perte de temps. Des profils de développement Raw selon les appareils photos sont automatiquement appliqués à vos photos, et vous pouvez en plus y ajouter votre grain de sel.

Droit à l’erreur : Sauver une photo d’un évènement unique et inoubliable ça n’a pas de prix. Surtout quand il s’agit simplement d’une erreur de réglage au moment de la prise de vue.

Qualité de la photo : Comme dans le paragraphe précédent : Le Raw est supérieur au jpeg, point.

Effets artistiques : La encore, avantage au Raw, il vous permet une plus grande liberté et expression artistique, sans dégrader trop fortement le rendu final de votre photo.

Voilà mes arguments, beaucoup ne seront surement pas d’accord sur certains points, ou aurons d’autres arguments à avancer, mais personnellement, mon choix est fait : Le Raw a beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients par rapport au jpeg.

Pour nuancer un peu

Pour faire plaisir aux plus adeptes du jpeg, j’avoue qu’il y a des situations ou l’usage du jpeg peut-être intéressant, encore que :

Si la place sur votre carte mémoire est problématique, par exemple si vous avez mal préparé une séance et que vous vous retrouvez avec une seule carte mémoire (vous auriez du penser à la check-list!), ou si vous êtes perdu au fin fond de l’Himalaya, je peux comprendre que bous ayez envie de prendre des photos moins volumineuses.

Mais même dans ce cas, j’aurais tendance à rester en Raw. Pour économiser de l’espace, je préfèrerai diminuer la taille des images (passer de 15 à 10 mega pixels par exemple) plutôt que d’utiliser le jpeg. Vous pourrez moins facilement recadrer vos photos, mais garderez la même latitude quand aux réglages une fois en post-production.

L’autre argument souvent avancé par les défenseurs du jpeg est le temps passé à développer les clichés en Raw, surtout quand on fait une séance qui n’a pas beaucoup d’intérêt, et qu’on sait par avance qu’on aura pas envie de passer beaucoup de temps à retravailler les images.

A cela, je répondrai que – 1 – si une séance vous ennuie, pourquoi la faire ? – 2 – Vous pouvez paramétrer l’enregistrement en Raw + jpeg, ce qui vous permet au cas ou de récupérer le coup sur le Raw, et sinon d’utiliser directement le jpeg, et enfin – 3 – Vous ne savez jamais à l’avance quand la photo de votre vie vous sourira, alors dans le doute, soyez toujours prêt à donner le meilleur, restez en Raw.

Conclusion

Voila pour cet aperçu des différences entre le Raw et le jpeg, j’espère qu’il vous aura aidé à prendre une décision. Pensez à régler dès maintenant votre appareil photo sur le bon format.

Comme je vous l’ai dit, j’utilise le format RAW car il donne des photos de meilleure qualité et il me laisse plus de latitude pour retoucher mes photos. Je vous conseille d’en faire de même.

Pour gérer mes photos au format RAW, j’utilise Lightroom. Si vous n’en avez jamais entendu parler, il s’agit d’un logiciel qui permet de gérer votre flux de travail de l’importation de vos photos à leur archivage, en passant par la retouche.

Vous avez aimé ? Dites-le moi ou partagez avec vos proches

Et pensez à vous abonner pour ne pas rater les prochaines publications