Je reçois encore très souvent des commentaires ou des messages suite à mon article « Photographes professionnels Vs amateurs : La guerre qui n’a pas lieu d’être », malgré que celui-ci ait été publié il y a plusieurs mois.

La grande majorité de ces messages se ressemblent : la plupart des personnes qui m’écrivent pensent que les amateurs leurs volent leur travail, et qu’il faudrait voter des lois pour empêcher ceci.

On croirait entendre parler les chauffeurs de taxis , dont le monopole est aujourd’hui attaqué par les VTC.

Et franchement, c’est assez pathétique.

La seule raison pour laquelle un business existe, c’est qu’il résout un problème que rencontrent assez de personnes pour créer un marché.

Ceci est vrai quel que soit le secteur d’activité.

[bctt tweet=”Si il n’y a pas de problème à résoudre, il n’y a pas de business”]

Si il n’y a pas de problème à résoudre, ou que ce problème touche trop peu de personnes, il n’y a pas de business.

C’est aussi simple que ça.

Il y a une cinquantaine d’années, personne ne possédait d’appareil photo chez soi. Et les gens avaient un problème : ils ne savaient pas comment garder un souvenir des évènements marquants dans leur vie.

Aujourd’hui, tout le monde à un appareil chez soi, et tout le monde arrive à prendre des photos assez correctes pour immortaliser un anniversaire ou un repas le dimanche midi avec mamie.

Il n’y a donc plus de problème à résoudre, et les photographes qui s’étaient spécialisés dans ce domaine ont soit évolué, soit disparu.

Aucune loi n’aurait pu changer cette évolution.

Aujourd’hui, le marché change encore : tout le monde à un appareil, le numérique à fait très largement baisser le cout d’une photo, et les logiciels de post-production sont de plus en plus abordables, et de plus en plus performants.

Tout le monde est capable de faire des photos esthétiquement plaisantes. Et cette tendance n’est pas prête de s’inverser. Au contraire, elle va s’amplifier de manière exponentielle.

Avec des caméras comme les Lytro par exemple, on n’aura même plus besoin de savoir faire une mise au point. On pourra la faire en post-production. Regardez par vous même, c’est bluffant (cliquez sur l’arrière plan, puis sur le sujet principal).

Vous êtes photographe professionnel ?

Posez-vous simplement deux questions :

  1. Est-ce que le service que je propose résout un problème que rencontrent mes clients ?
  2. Est-ce que mes clients auront toujours ce problème dans 5 ans ?

Si vous répondez « non » à l’une de ces deux questions, il est grand temps de changer, de vous réinventer.

Faute de quoi, votre activité disparaitra.

Et ce sera entièrement de votre faute.

Une question ou une réaction à propos de cet article ?
On en discute dans la communauté des SuperPhotographes

Pas encore membre de la communauté ?
Rejoignez des centaines de photographes au sein d'un groupe dans lequel vous pouvez poser vos questions, demander des conseils, discuter avec d’autres passionnés, partager des ressources, des connaissances ainsi que des projets.
En savoir plus et s'inscrire gratuitement