Temps de lecture : 8 minutes

Après la publication, il y a deux jours, d’un premier article au sujet de la pose longue (La photographie en pose longue : Comment obtenir une pose longue), vous avez été nombreux à m’envoyer des messages et à me poser des questions au sujet de cette technique de photographie. Je n’ai pas encore eu le temps de répondre à tout le monde mais je fais au plus vite ! Merci également de tous les commentaires et partages que vous avez fait sur les réseaux sociaux. Rien que sur Facebook, vous avez été plus de 800 à partager mon article.

En tout cas, vu toutes vos réactions ces derniers jours, je vois que la pose longue est un sujet qui vous intéresse énormément. Ça ne m’étonne pas du tout. La pose longue est une technique assez simple à maîtriser, elle ne demande que peu de matériel et permet de créer des images vraiment extraordinaires.

C’est l’une des seules techniques avec laquelle les gens croient que vos photos sont irréelles. Ils regardent vos créations et pensent que vous êtes un pro de Photoshop, alors que ce n’est pas du tout le cas.

Si vous voulez apprendre à créer des photos qui sortent de l’ordinaire, à révéler des scènes invisibles à l’œil nu, vous devez apprendre la technique de la pose longue.

Et je peux vous y aider. Comme je vous l’ai dit, lorsque j’ai décidé de m’intéresser à la pose longue, j’ai lu de nombreux ouvrages et suivi plusieurs formations pour maitriser à fond le sujet. Cette connaissance de la techique me permet aujourd’hui de pouvoir vous l’expliquer de manière simple. Quel que soit votre niveau, vous pouvez vous amuser et expérimenter avec la technique de la pose longue.

Dès maintenant, je vais vous expliquer comment prendre votre première photo en pose longue. Comme à mon habitude, je vais vous amener avec moi sur le terrain. Je vais vous montrer et vous expliquer comment je prends une photo, comme si vous étiez à côté de moi lors de cette prise de vue. Vous pourrez ensuite reproduire les étapes que j’ai suivi, pour prendre votre première photo en pose longue.

Choisir son sujet

La première chose à faire lorsqu’on veut prendre une photo en pose longue est de bien choisir son sujet. Vous vous en doutez, ce qu’on recherche c’est un sujet en mouvement. C’est ce mouvement, capturé en pose longue, qui va créer des effets « surnaturels » sur vos photos.

Les techniques de photographie en pose longue peuvent être utilisées sur n’importe quel objet en mouvement. Vous pourrez trouver des sujets à photographier en pose longue absolument partout. Que vous viviez en ville, au bord de la mer, à la montagne ou à la campagne, il y a toujours des objets en mouvement.

Pour cette première en pose longue, j’ai choisi de vous amener prendre en photo un manège et plus précisément une grande roue. L’avantage de ce sujet est que le mouvement est toujours le même. Si vous ratez votre première photo, vous pouvez facilement modifier vos réglages et réessayer quelques minutes plus tard. La roue tournera de nouveau et toujours à la même vitesse. C’est donc le sujet idéal pour vous faire la main et découvrir le monde merveilleux de la pose longue.

Planification

La planification est une étape importante, qui joue un rôle prépondérant dans la réussite d’une sortie photo. Ceci est particulièrement vrai lorsqu’on parle de pose longue.

L’heure à laquelle vous planifiez votre sortie photo est importante et ce, quel que soit le type de photo que vous voulez prendre (en tout cas pour les clichés en extérieur). La lumière, sa direction, sa qualité, sa quantité et sa couleur changent du tout au tout selon l’heure de la journée. Vous devez absolument en tenir compte lorsque vous planifiez votre sortie photo.

En plus de changer la façon dont votre sujet sera éclairé, la lumière aura une influence sur le temps de pose que vous pourrez obtenir. Prendre une photo en pose longue au bord de la mer, à midi, au mois d’août, par une journée bien ensoleillée et sans filtre pour bloquer la lumière est tout simplement impossible. En décalant votre sortie photo et en revenant à la tombée de la nuit, quand l’intensité de la lumière aura diminuée, vous pourrez obtenir des temps de pose plus longs.

La direction de la lumière selon l’heure de la journée aura également une influence sur le temps de pose auquel vous pourrez arriver. Par exemple, si vous voulez photographier un ruisseau au fond d’une vallée, le matin il pourra être en plein soleil et l’après-midi se retrouver à l’ombre d’une montagne voisine. Vous obtiendrez donc des temps de pose plus longs l’après-midi que le matin.

Pour photographier notre sujet, c’est simple. Nous devons planifier notre sortie en début de nuit, pour que le manège soit illuminé et que la quantité de lumière ambiante soit très faible. Nous obtiendrons ainsi très facilement des poses longues.

J’utilise l’application PhotoPills sur mon iPhone pour déterminer l’heure du coucher de soleil. Vous pouvez également utiliser l’excellente application « The Photographer’s Ephemeris » disponible sur iPhone, Android, Mac et PC.

Nous sommes en août, le jour où j’ai planifié cette sortie photo le soleil se couchera à 21h05. L’heure bleue (période qui s’étend du coucher de soleil à la nuit noire) commencera à 21h24 et se terminera à 21h36. A partir de là, il fera nuit noire.

Je pense donc arriver sur site aux alentours de 21h pour avoir le temps de faire quelques repérages et, pourquoi pas, profiter du coucher de soleil pour faire quelques autres photos. J’aurai une demi-heure pour trouver l’endroit d’où je veux prendre ma photo.

La prise de vue

Lorsque j’arrive sur le lieu de prise de vue, je commence à prendre quelques clichés en utilisant les réglages que j’utilise toujours pendant mes repérages : f/8 – ISO auto – Mode priorité à l’ouverture (Mode A ou Av). J’utilise toujours ces réglages pendant mes repérages. A ce stade, je n’essaye pas de prendre une belle photo. Je fais juste des tests de cadrage. Je prends quelques photos pour voir comment ressort la grande roue en fonction de la position de mon appareil. Je n’essaye pas de faire une pose longue pour le moment. Je fais juste des essais et tente de m’imprégner du lieu.

A ce stade, je tiens mon appareil à la main. Je ne veux surtout pas utiliser de trépied pour l’instant. Si je le sors, je sais que je me déplacerai moins. Si mes photos de test sont floues, ce n’est pas un problème. Encore une fois, ce ne sont que des tests et personne ne les verra à part moi.

Quand je commence à avoir une bonne idée de l’endroit d’où je vais prendre mes photos et du cadrage que je vais utiliser, alors je sors mon trépied de son sac et je commence à m’installer.

J’essaye de choisir un endroit où il n’y a pas trop de monde, pour éviter que quelqu’un ne bouscule mon trépied pendant mes prises de vues, puis j’y installe mon appareil. Je fais également attention que la surface sur laquelle je le pose soit stable et ne risque pas de bouger pendant la prise de vue. J’évite par exemple de placer mon trépied sur un plancher en bois. Quelqu’un qui marcherait, même à un mètre de moi, ferait vibrer les planches de bois ce qui produirait du flou sur ma photo.

Pendant mes repérages à la maison, j’ai fait quelques recherches sur internet pour trouver des exemples de photos de manèges. Sur les sites comme Flickr ou 500px, vous pouvez voir les informations de prise de vue de certaines photos. J’avais remarqué que la plupart des photos qui me plaisaient avaient un temps de pose de 5 secondes environ. Je commence donc ainsi pour mon premier test.

Je passe mon appareil en mode « Priorité Vitesse » (Mode S ou Tv), je règle la sensibilité sur 100 ISO et ma vitesse d’obturation sur 5 secondes. Je prends une première photo en utilisant le retardateur de mon appareil photo pour éviter qu’il ne bouge pendant la prise de vue. Voici la photo que j’obtiens :

Mode S – 100 ISO – f/4 – 5 secondes

Ce que j’avais vu pendant mes repérages s’avère tout à fait juste. Avec un temps de pose de 5 secondes, on obtient une photo très graphique et plutôt sympa.

Vous avez-vu à quel point c’est simple :

  • Je pose mon appareil sur un trépied
  • Je cadre ma photo
  • Je règle ma sensibilité sur 100 ISO
  • Je passe en mode priorité vitesse
  • Je règle ma vitesse d’obturation sur 5 secondes
  • J’utilise le retardateur pour déclencher

La pose longue est beaucoup plus simple que ce que l’on pense

Et c’est tout. J’ai obtenu ma première photo en pose longue ! Vous voyez que c’est simple et qu’il ne faut pas être magicien pour prendre ce genre de photos !

Vous n’avez pas non plus besoin de matériel couteux. N’importe quel appareil qui dispose d’un mode de prise de vue « priorité vitesse » (noté S ou TV sur la molette de sélection des modes) est capable de prendre ce genre de photos. Oui, même un appareil compact. Idem pour l’objectif, n’importe quel objectif peut faire l’affaire. Il n’existe pas d’objectifs « spécial pose longue ».

Le seul matériel spécifique que j’ai utilisé pour prendre cette photo est un trépied. Mais j’aurais pu m’en passer. En calant mon appareil sur un mur ou un banc par exemple. Il y en avait plein autour de cette grande roue.

Le secret de cette photo est simplement d’avoir choisi une heure ou il y avait très peu de lumière et un sujet dont le mouvement était rapide. Ainsi, sans matériel spécifique ni réglage compliqué, on obtient une photo qui sort de l’ordinaire.

Vous n’avez pas besoin d’être un pro pour réussir une photo en pose longue. C’est une technique accessible à tout le monde, même aux débutants.

Vous n’avez pas non plus besoin d’être un spécialiste de Photoshop. Encore une fois, cette photo a été créée ainsi par mon appareil, au moment de la prise de vue. Aucune retouche n’a été nécessaire pour créer cet effet.

Que faire s’il y a trop de lumière ?

Cet exemple était facile. Je l’ai choisi exprès pour que vous puissiez prendre vos premières photos en pose longue facilement.

Mais que se passe-t-il quand il y a plus de lumière ? Comment réussir à prendre une photo en pose longue et en pleine journée par exemple ?

La technique n’est effectivement pas la même. Avec plus de lumière, il faudra trouver un moyen de réduire artificiellement la quantité de lumière qui entre dans votre appareil photo. Cet article est déjà très long, alors je vous parlerai de tout ça dans mon prochain article que je publierai d’ici quelques jours ici même. Pensez à vous abonner à ma newsletter pour ne pas le rater.

Commencez à vous amuser

En attendant la suite, vous pouvez déjà aller sur le terrain vous amuser à prendre vos premières photos en pose longue. Planifiez vos sorties de nuit, pour qu’il n’y ait que très peu de lumière et choisissez un sujet qui se déplace assez rapidement. Un manège est idéal, mais vous pouvez aussi photographier des voitures qui avancent, un train ou n’importe quoi d’autre qui est illuminé. N’hésitez pas à expérimenter. Vous obtiendrez des résultats inattendus mais c’est ce qui fait la beauté de la pose longue. Souvenez-vous, le plus important est de s’amuser. On se fiche du résultat !

Faites nous part de vos impressions et du résultat de vos premiers essais dans les commentaires ci-dessous. N’hésitez pas à me poser vos questions si vous avez des difficultés.

P.S : si vous avez aimé cet article, pensez à le partager avec vos amis ou sur les réseaux sociaux. Je suis certain que beaucoup d’autres personnes aimeraient apprendre la pose longue. Vous les aideriez beaucoup en leur envoyant ce lien !

Edit : Un autre article a été publié dans cette série consacrée à la pose longue : Comment réussir vos poses longues quand il y a beaucoup de lumière ?

Edit 2 : Mon eBook dédié à la pose longue est maintenant disponible. Vous y apprendrez toutes les techniques pour réussir vos photos en pose longue. En savoir plus

Vous avez aimé ? Dites-le moi ou partagez avec vos proches

Et pensez à vous abonner pour ne pas rater les prochaines publications