Si vous avez lu les différents articles consacrés à l’exposition de vos photos que j’ai publié au cours des dernières semaines, vous devez maintenant savoir :

Vous êtes maintenant calé sur la théorie. Vous avez compris ce qu’est le triangle d’exposition (Sensibilité – Vitesse d’obturation – Ouverture). C’est très bien.

La théorie est importante, vous devez obligatoirement la maitriser si vous voulez progresser.

Mais une fois sur le terrain votre appareil en main, là, ça se complique !

Comment choisir les bons réglages pour réussir une photo bien exposée ?

C’est ce que nous allons voir aujourd’hui :

Il n’y a pas de formule magique

La première chose que vous devez comprendre, c’est qu’il n’y a pas de formule magique ou de règle absolue quant à déterminer les réglages de votre appareil photo.

C’est vous, en tant que photographe, qui devez utiliser votre cerveau.

Avant de régler votre appareil photo, vous allez devoir vous poser un certain nombre de questions. Et en fonction des réponses, vous déterminerez les réglages les mieux adaptés à la photo que vous voulez prendre.

Au début, il vous faudra un peu de temps avant de déterminer les réglages à utiliser. Mais petit à petit, avec la pratique, tout ceci va devenir un automatisme, et vous serez capable de choisir les bons réglages en une fraction de seconde.

Comment déterminer les bons réglages d’exposition

Imaginez-vous devant une magnifique scène que vous voulez photographier. Avant d’appuyer frénétiquement sur le déclencheur de votre appareil photo, voici ce qu’il doit se passer dans votre tête :

Qu’est-ce que je veux photographier ?

La première chose à faire est de déterminer le sujet principal de votre photo. « Qu’est ce que je veux photographier ? » Ça parait bête comme question, pourtant c’est extrêmement important.

Si vous ne savez pas quel est le sujet principal de votre photo, vous ne pouvez pas savoir quelle exposition ni quels réglages choisir.

Devant une même scène, votre sujet peut être le paysage dans son ensemble, le cheval qui est dans le pré, le soleil qui se couche au dessus de la montagne, ou encore le papillon qui vient de se poser sur la selle du cheval.

Déterminez précisément quel est le sujet de votre photo.

C’est ce sujet, et seulement lui, que vous devez exposer correctement pour que votre photo soit réussie.

Qu’elle exposition correspondra le mieux à ce que je veux exprimer ?

Dans l’article consacré à l’exposition en photographie, je vous ai expliqué qu’il n’y avait pas « UNE » bonne exposition, mais plusieurs choix possibles en fonction de ce que vous voulez exprimer à travers votre photo.

Après avoir déterminé quel était le sujet principal de votre photo, la deuxième chose à faire est de déterminer quelle exposition sera la plus adaptée à votre sujet et au message que vous voulez exprimer.

Vous pouvez par exemple choisir de sous-exposer une photo pour rendre une atmosphère lugubre, ou au contraire de sur-exposer une photo pour une atmosphère plus onirique.

Albizia

Sur la photo précédente par exemple, j’ai délibérément décidé de sur-exposer mon sujet.

Dans la majorité des cas, vous voudrez simplement exposer correctement votre sujet.

Définir les réglages et les contreparties

Grâce aux deux questions précédentes, vous savez maintenant sur quel sujet vous devez vous concentrer pour déterminer vos réglages, et comment l’exposer.

Il faut maintenant définir les réglages que vous allez utiliser :

Commençons par la vitesse d’obturation :

  • Est ce que je veux figer le mouvement de mon sujet ? Dans ce cas, je vais privilégier une vitesse rapide.
  • Est ce que je veux au contraire retranscrire une idée de mouvement à travers du flou ? Dans ce cas, je vais privilégier une vitesse lente.
  • Est ce que j’ai un trépied ? Si ce n’est pas le cas, je ne pourrai pas avoir une vitesse d’obturation trop lente sans risquer un flou de bougé.

Puis les questions concernant l’ouverture :

  • Est ce que je veux détacher le sujet d’un arrière plan pas très intéressant ? Dans ce cas, je choisirai une grande ouverture, pour obtenir une faible profondeur de champ.
  • Est ce que je veux au contraire avoir tous les plans de ma photo parfaitement nets ? Dans ce cas, j’opterai pour une petite ouverture.

Vous devez maintenant définir ce qui est le plus important pour que votre photo soit réussie : une certaine vitesse d’obturation, ou une certaine ouverture ?

Une fois ce choix fait, appliquez ce premier réglage à votre boitier.

Si par exemple le plus important pour vous est d’isoler votre sujet de l’arrière plan, réglez votre appareil photo avec une grande ouverture, pour obtenir une petite profondeur de champ.

Si au contraire le plus important est de figer un mouvement, réglez votre boitier avec une vitesse d’obturation rapide.

Une fois ceci fait, c’est l’heure des compromis :

Si votre réglage le plus important était l’ouverture, il vous reste la sensibilité et la vitesse d’obturation à régler pour obtenir l’exposition que vous désirez.

Si vous photographiez un sujet qui ne bouge pas, et que vous avez un trépied (vous ne risquez pas de flou de bougé), la vitesse d’obturation n’aura aucune influence sur votre photo. Dans ce cas, réglez la sensibilité ISO la plus basse possible (pour éviter le bruit), puis réglez alors la vitesse d’obturation pour obtenir l’exposition que vous désirez.

Si par contre vous avez une contrainte à cause de la vitesse (soit vous voulez figer le mouvement, soit vous n’avez pas de trépied et avez besoin d’une vitesse assez rapide), réglez votre vitesse, et compensez si besoin avec les ISO pour obtenir l’exposition désirée.

Un autre exemple : Vous voulez photographier une voiture qui roule et figer le mouvement. Votre réglage le plus important est alors la vitesse d’obturation. Pas de compromis à ce niveau là.

Réglez la vitesse sur 1/1000ème de seconde par exemple.

Il vous reste ensuite l’ouverture et la sensibilité pour obtenir l’exposition désirée.

Si la voiture roule devant un paysage grandiose, vous voudrez très certainement une grande profondeur de champ, pour que la voiture et l’arrière-plan soient nets. Réglez donc une petite ouverture.

Maintenant, vous avez une vitesse d’obturation rapide, et une petite ouverture, ce qui veut dire peu de lumière qui entre dans votre objectif. Si le temps n’est pas très ensoleillé, il y a de forte chances que vous deviez augmenter votre sensibilité pour compenser ce manque de lumière, et obtenir l’exposition désirée.

Et enfin, un dernier exemple en photo :

Cap de Creux, Espagne

Cap Creus

 

Ces deux photos ont été prises au même endroit le même jour et quasiment au même moment. J’ai essayé deux réglages d’ouverture, pour obtenir deux profondeurs de champs différentes.

La première photo a été prise avec une ouverture de f/2.8 alors que la seconde avec une ouverture de f/18. Du coup, la profondeur de champ entre les deux photos n’est pas du tout la même.

Dans chaque cas, j’ai commencé par régler l’ouverture, puis j’ai adapté la sensibilité et la vitesse d’obturation pour obtenir une bonne exposition. Comme il faisait beau ce jour là, pas de problème de manque de lumière. J’ai donc réglé la sensibilité ISO au minimum. Et j’ai enfin utilisé la vitesse d’obturation pour obtenir dans chaque cas une bonne exposition : 1/3200s pour la première photo à f/2.8, et 1/80s pour la seconde à f/18.

Pour résumer

Pour résumer rapidement, on commence par bien identifier son sujet, puis déterminer l’exposition qu’on désire.

On décide ensuite quel sera le réglage prépondérant, dans la majorité des cas le choix se fera entre l’ouverture et la vitesse d’obturation.

Une fois le réglage principal effectué, on joue sur les deux réglages restants, en gardant à l’esprit les effets collatéraux de chacun :

  • Une vitesse d’obturation faible engendre du flou (de bougé ou de mouvement).
  • Une grande ouverture engendre une profondeur de champ réduite.
  • Une sensibilité importante augmente le bruit.

Dans la majorité des cas, vous devrez faire des compromis. Par exemple, accepter qu’il y ait un peu de bruit, pour compenser un manque de lumière.

Et quelques fois, vous ne pourrez tout simplement pas prendre la photo que vous voulez. Si vous voulez utiliser une longue pose pour rendre l’eau de la mer laiteuse, et que vous essayez de faire cette photo à 14h en plein mois d’aout, il y aura tout simplement trop de lumière pour que vous puissiez faire cette photo. Le seul moyen d’y arriver sera d’utiliser un filtre de densité neutre pour diminuer la lumière qui entre dans votre objectif, mais ça, ça fera l’objet d’un autre article !

Comme je vous l’ai dit un peu plus haut, au début il va vous falloir pas mal de temps, et réfléchir plusieurs secondes, avant de déterminer quels sont les réglages à utiliser pour obtenir la photo que vous souhaitez.

Mais ne vous inquiétez pas, avec la pratique, ça deviendra une habitude, et petit à petit vous serrez capable de régler votre boitier en une demi seconde.

Il n’y a pas de secret, entrainez-vous, prenez des photos, ratez vos photos, apprenez de vos échecs, et recommencez !

Une question ou une réaction à propos de cet article ?
On en discute dans la communauté des SuperPhotographes

Pas encore membre de la communauté ?
Rejoignez des centaines de photographes au sein d'un groupe dans lequel vous pouvez poser vos questions, demander des conseils, discuter avec d’autres passionnés, partager des ressources, des connaissances ainsi que des projets.
En savoir plus et s'inscrire gratuitement